Benoît Le Maure, le saint noir sicilien

C’est une étrange procession qui se déroule tous les ans en septembre, à San Fratello, non loin de Messine, en Sicile. La statue d’un moine noir de peau en costume franciscain, l’Enfant Jésus dans les bras, est portée dans les rues de la petite ville par des hommes en chemise blanche, en signe d’action de grâces. Combien, parmi les participants, connaissent la véritable histoire de celui qu’on appelle ici Binidittu (San Benedetto il Moro en italien, saint Benoît le Maure en français) ? Bien peu sans doute, car, hors des endroits où il a vécu, l’Église italienne a longtemps cherché à refréner le culte voué à ce saint atypique devenu subversif malgré lui.

Le photographe italien Nicola Lo Calzo a découvert le destin de saint Benoît le Maure de la façon la plus inattendue qui soit. « J’étais en Colombie la première fois que j’en ai entendu parler, se souvient-il, et j’ai découvert ensuite que son culte était très présent en Amérique latine, surtout dans l’aire lusophone et dans tous les lieux concernés par la traite négrière. Bien entendu, il diffère selon les pays : dans le golfe de Guinée, à Sao Tomé-et-Principe, par exemple, le lien avec la Sicile est complètement oublié. » Cette rencontre fortuite a poussé le photographe, qui explore depuis des années les phénomènes de créolisation, à se lancer sur les traces de son apostolat.

Un saint subversif

Benoît le Maure est né de deux esclaves africains, vers 1524, à San Fratello. Affranchi à sa naissance, il se destine vite à la vie religieuse, d’abord comme ermite, puis il entre chez les frères mineurs réformés (rattachés aux franciscains) et finit sa vie au couvent Santa Maria di Gesù, dans les environs de Palerme. Son humilité et la vénération qu’il inspire spontanément au petit peuple, ainsi que les miracles qu’il accomplit sur son passage, font qu’à sa mort, en 1589, toute la Sicile lui voue un culte. Il est fait saint patron de Palerme en 1602, mais la reconnaissance pontificale arrive bien plus tard : il est béatifié en 1743 et canonisé en 1807.

Lire aussi:  Les effets d’une soumission française à l’islam

Pourtant, à partir du XVIIe siècle, ce saint si populaire devient peu à peu invisible. D’abord parce que sa couleur de peau et son histoire renvoient à une réalité, celle de l’esclavage et des colonies de plantations sucrières, que la Sicile tend à faire oublier. L’île a pourtant bel et bien été, jusqu’au début du XVIIsiècle et à l’essor des colonies américaines, un important centre de production sucrière. De plus l’Église craignait, en mettant trop en avant cet esclave affranchi, de favoriser la subversion chez les populations asservies.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This